NIDIFICATION GRANDE OIE DES NEIGES 2019

Comme à chaque année, voici les dernières nouvelles de la nidification de La Grande Oie des neiges dans l’Arctique par l’équipe de M. Gilles Gauthier chercheur à l’Université Laval au Département de biologie & Centre d’études nordiques. Ce rapport nous aide fortement à prévoir la qualité de la reproduction de l’oie des neiges. Le pourcentage de jeune est directement lié au succès de chasse à l’automne ainsi qu’au printemps. Pour plus d’information sur les périodes de chasse à l’oie blanche : Chasse à l’oie des neiges

Grande Oie des neiges

Rapport de nidification # 1

Voici les premières informations sur le déroulement de la saison de nidification des oies des neiges à l’Île Bylot. Les premières personnes de mon équipe sont déjà sur place depuis la mi-mai.

Le printemps à l’Île Bylot, comme une bonne partie de l’Arctique cette année, est tout à l’opposé de notre printemps et du début d’été dans le sud. En effet, à l’île Bylot on a un des printemps les plus hâtifs depuis que le début de nos suivis il y a 30 ans. Depuis la mi-mai, le temps est chaud et ensoleillé, hormis quelques jours de pluie-neige la semaine dernière.

En date du 5 juin, la couverture de neige pour l’ensemble de la vallée du camp était de 45% contre 75% l’année dernière. La moyenne a long-terme pour cette date est autour de 62%). Nos transects de neige indiquent un épaisseur de neige résiduelle moyenne, en tenant compte des combes à neige, de 3 cm le 8 juin (la moyenne à long-terme pour cette date est environ 20 cm).

Les oies sont arrivées tôt et en grand nombre. Le 2 juin, on comptait 635 couples dans la vallée principale, le nombre le plus élevé observé à cette date depuis 20 ans. Tout indique également que nous avons un pic d’abondance de lemmings cette année.

Notre équipe a pu établir le camp secondaire au site de la colonie d’oies vendredi dernier, donc on devrait avoir des nouvelles de la nidification des oies bientôt. Mais jusqu’à maintenant, cela s’annonce une excellente année pour les oies.

Rapport de nidification # 2

Les températures douces du mois de mai et du début juin dont j’ai fait mention précédemment ont persisté, ce qui fait en sorte qu’au cours des 2 dernières semaines la fonte de la neige a progressée très rapidement. Il s’agit d’une des fonte de neige les plus hâtives des 20 dernières années à l’Île Bylot.

Les oies sont arrivées assez tôt et en grand nombre. Également, des captures faites en mai au Québec par mon collègue Pierre Legagneux indiquaient que la condition corporelle des oies était très bonne.

La nidification des oies est maintenant bien amorcé et a débuté hâtivement. La densité de nids dans le secteur central de la colonie que nous suivons est au moins comparable aux années passées mais pourrait augmenter encore. En date du 16 juin, l’équipe y avait dénombré 145 nids.

Les dates d’initiation de ponte de ce premier échantillon de nids est le 6 juin. Similaire à l’année la plus hâtive depuis le début du suivi il y a 30 ans. En effet, la moyenne à long-terme se situe au 12 juin. La taille de ponte moyenne par nid est aussi élevée avec 4.1 œufs. La moyenne à long terme est de 3.6 œufs. Le taux de prédation des œufs est faible, avec 6% de ces nids seulement de détruit à la mi-incubation. Ce faible niveau de prédation est vraisemblablement une conséquence d’une forte présence de lemmings, la proie principale de beaucoup de prédateurs dont le renard. De plus, 3 nids de harfangs des neiges ont été déjà recensés sur l’île Bylot.

En résumé, les conditions de reproduction des oies à l’Île Bylot sont jusqu’à maintenant très favorables, et laissent entrevoir une forte production de jeunes pour cet automne.

Grande Oie des neiges
Grande Oie des neiges

Rapport de nidification # 3

Je suis de retour de Bylot depuis une semaine. Voici les dernières nouvelles de la nidification de l’oie des neiges.

A l’image du printemps hâtif et des conditions clémentes de début de saison dont je vous ai fait part lors de mes précédents messages, la météo durant mon séjour a été excellente, avec des températures douces (voire chaudes!) et beaucoup de soleil. Cette bonne météo a persisté jusqu’à l’éclosion des oies. Ce qui s’est étendue cette année du 1 au 10 juillet environ, soit une semaine plus tôt que la normale. Le taux de prédation sur les nids est demeuré très faible à cause d’une abondance de lemmings pour les prédateurs. Ces bonnes conditions climatiques ont aussi certainement aidé pour la survie des jeunes dans les premiers jours qui ont suivi l’éclosion.

Tous les indicateurs de production des oies demeurent donc très bons. Une phénologie hâtive, une forte densité d’oies dans la colonie, une taille de ponte élevée et un faible taux de prédation. À moins d’une détérioration soudaine des conditions climatiques d’ici à la fin de l’été, on peut donc s’attendre à une forte production de jeunes au retour des oies cet automne.

La dernière étape de la saison sera le baguage des oies, qui commencera dans un peu plus de 2 semaines. Je pourrai vous donner des informations sur cette activité au retour de l’équipe à la fin du mois d’août.

Rapport de nidification # 4

Rapport final

Voici mon dernier message de la saison sur la reproduction des oies des neiges dans l’Arctique. La saison de terrain 2019 à la station de l’Île Bylot s’est terminée la semaine dernière. Le baguage des oies a eu lieu du 6 au 14 août. Côté météo, nous avons eu des conditions plutôt favorables. Le temps chaud et souvent ensoleillé s’est poursuivi en août.

Néanmoins, le baguage n’a pas été aussi rondement que prévu pour plusieurs raisons. La non-disponibilité de l’hélicoptère certaines journées, la grande dispersion des oies en plus petits groupes que d’habitude (rendant difficile leur rassemblement) et le fait que plusieurs oiseaux (jeunes et adultes) volaient déjà au moment du baguage. En effet, la saison hâtive cette année, avec une éclosion presqu’une semaine plus tôt que la normale, a fait en sorte que beaucoup de jeunes provenant des nids initiés tôt en saison volaient déjà au moment du baguage et échappaient donc à la capture.

Baguage

Malgré tout, notre équipe de vétérans s’en est bien tirée. Au final ils ont réussi à baguer 2986 oies, dont 410 femelles adultes avec des colliers, et 47 oisons marqués avec des web-tags à l’éclosion ont été recapturés.

Le rapport jeunes:adultes dans nos captures a varié beaucoup. Au final était de 1.20 (chiffre préliminaire, ce qui est très bon. Ce rapport jeunes:adultes permet de prédire un pourcentage de jeunes pour cet automne autour de 27% soit une valeur plus haute que la moyenne des 20 dernières années (18%). Toutefois, il est possible que ce chiffre soit une sous-estimation. Cela ne m’étonnerait pas que le pourcentage de jeunes cet automne soit plus élevé, probablement 30% ou même un peu plus.

En effet, les familles nés tôt en saison sont celles qui ont généralement les plus grosses couvées en fin d’été mais comme plusieurs d’entre elles ont échappé au baguage cette année à cause de la nidification hâtive, cela a pu biaiser à la baisse notre rapport jeunes :adultes au baguage.

Évidemment, il s’agit d’une prédiction. Il faut se rappeler que l’Île Bylot n’est qu’un des sites de reproduction utilisés par les oies dans le vaste territoire de l’Arctique canadien. Il faudra donc attendre le retour des oies dans le sud d’ici quelques semaines afin de voir si la prédiction s’avère juste.

Résultats préliminaires pour l’inventaire de productivité des Grandes Oies des neiges pour 2019 : 

  • 32% de juvéniles, 
  • n= 23 053 oies, 
  • 32 inventaires entre le 1er et le 21 octobre (afin d’éviter que le nombre de jeunes soit influencé par la récolte pas la chasse). 
  • Secteurs visités : Lac-Saint-Jean, Côte de Beaupré, Côte-du-Sud, Victoriaville et environs.

Source

Pour plus d’information sur la grande oie des neiges par Gilles Gauthier et son équipe : www.cen.ulaval.ca

Gilles Gauthier

Directeur scientifique, Centre d’études nordiques
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Pavillon Vachon
1045 avenue de la Medecine

Université Laval
Québec, Qc, G1V 0A6
Canada